Résidence à Shanghai – Presse – paris-normandie.fr

C’est avec Le Fusillé souriant, grand format de 93 cm sur 136 cm (huile sur toile) où s’entrelacent figuration et abstraction, que David Antonio Loureiro, artiste peintre aux multiples talents, a participé au Sunny Art Prize organisé par Sunny Art Center, galerie londonienne qui privilégie les artistes abordant le monde contemporain et ses urgences : le dérèglement climatique, les thématiques de l’immigration, du genre.

 

Résidence

Il a obtenu un prix et a été sélectionné pour une résidence de deux semaines chez Harmony Art Gallery galeriste à Shanghaï.

David Antonio Loureiro, qui vit dans la région havraise, dispose d’un CV étoffé. Diplômé des écoles d’art de Rouen et Montpellier, il participe à la création d’un monument construit avec des réfugiés politiques lors de son service civil à Bruxelles en 1998, aux activités de l’association La Source/La Guéroulde fondée par le peintre Garouste, dans l’Eure, qui met l’art au service du social ; il intervient auprès de publics en difficultés… C’est aussi un ami de l’association du Grain à démoudre et grâce à ses talents de sculpteur, il est le créateur du trophée (l’équivalent du César) du prix du festival. C’est également un vidéaste qui anime des ateliers de création audiovisuelle auprès de jeunes.

Mais depuis quelques années, il a souhaité se consacrer davantage à la peinture, s’exposer et entrer sur le marché de l’art. Petits formats, mais aussi grandes toiles, diptyques sont visibles sur des galeries virtuelles. David Antonio Loureiro s’est envolé avec trois autres artistes (originaires d’Irlande, de Corée et des USA) vers Shanghaï, où se multiplient les galeries d’art contemporain. Au cours de cette résidence, ils ont passé quatre jours dans le temple du maître bouddhiste Dahan, avec des échanges fructueux sur l’art. Il a créé sept œuvres au cours de son séjour.

Actuellement, son œuvre est toujours exposée à Shanghaï et proposée à la vente. Mais on peut voir en allant sur la Toile d’autres œuvres de David Antonio Loureiro, dont l’univers « questionne notre relation au monde, ses figures d’autorité et instaure un dialogue non pas avec le visible, mais avec une expérience d’homme ».

Article de Dominique Louet pour le Paris-Normandie.

Lien vers l’article sur le site du Paris-Normandie : www.paris-Normandie.fr

Peintures réalisées le temps de la résidence